La révolution Russe et le communisme

Catégorie: Economie
écrit par: ronan

Il n’est pas possible de parler de façon exhaustive de la révolution Russe et du communisme dans un site d’information financière. Cependant, comme le proverbe l’affirme, celui qui ne sait pas d’ou il vient, ne sait pas où il va.

Aussi, le but de cet article est de donner un moyen de mieux appréhender l’économie actuelle des pays qui se disent Communistes par rapport aux événements historiques et à la doctrine dont ils se réfèrent.

Pour commencer une mise au point. La révolution Russe a eu lieu en Février 1917. Il s’agit d’une révolution populaire. Les Bolchéviques ont pris le pouvoir en Octobre 1917. Il s’agit en fait de 2 révolutions successives.

Selon Engels, « le communisme est l’enseignement des conditions de la libération du prolétariat ». Par conséquent, l’avènement du Communisme ne peut se faire que dans un pays ou le prolétariat est une catégorie sociale développée. Hors la Russie de 1917 est exactement le contraire. L’économie dans son ensemble reste archaïque. La valeur de la production industrielle Russe en 1913 est six fois moindre que celle de l’Allemagne. La Russie de 1917 est un pays rural pour 85 % de sa population. La révolution de février 1917 est une révolte  contre le régime du Tsar. Les historiens sont d’accord sur le fait que l’une des causes premières de la révolution est a chercher dans le mécontentement de la population fasse aux défaites successives de l’armée. Nous sommes en pleine guerre mondiale. La Triple-Entente composée par la France, le Royaume-Uni et la Russie sont opposées à la coalition Allemagne et Autriche Hongrie. En ce début 1917, la Russie compte déjà 1,7 millions de morts. Les officiers sont incompétents, les soldats sont mal équipés, la logistique est quasi inexistante. A l’arrière c’est pire. La production s’est effondrée, la famine est réapparue. Le Tsar est totalement coupé de la réalité quotidienne de son peuple. Fait aggravant, sa femme,  l’impératrice, est d’origine allemande. En conséquence, toutes les classes sociales ont en ennemi commun le régime.

Après le renversement du Tsar, c’est un ensemble de personnes de tendances libérales qui dirigent le gouvernement central du pays. Cependant, au fur et à mesure, des soviets se mettent en place dans les villes de provinces et les campagnes. Ceux-ci sont constitués de plusieurs tendances politiques et dans l’ensemble, ils soutiennent le gouvernement central. Ce dernier commet une erreur majeure. Il poursuit la guerre et reporte à plus tard la réalisation des réformes que le peuple attend. C’est ainsi que le parti Bolchévique, dirigé par Lénine et Trosky gagne de l’influence. Il est le seul à prôner une sortie de la guerre. Aux mêmes causes les mêmes conséquences. La poursuite des défaites militaires, la montée du mécontentement, rendent le gouvernement central impopulaire. Le Général Kornilov est nommé nouveau chef d’état major. Sa politique est simple, continuer la guerre et réprimer brutalement les grèves et ceux qui sont contre la guerre dans le pays. Tous les éléments d’une confrontation sont en places. Fin aout 1917, le général Kornilov organise un soulèvement armé. Les Bolchéviques sont à la tête de la résistance au coup d’état. Enchainement d’événement classique, les masses se radicalisent, des soviets, des syndicats se rangent du côté des bolcheviks. Le 31 août, le soviet de Petrograd accorde la majorité aux bolcheviks, et élit Léon Trotski à sa présidence. La révolution se poursuit et s’accélère partout,  dans les campagnes et les villes.  Lénine et Trotsky organisent l’insurrection pour la nuit du 24 au 25 Octobre 1917. Les bolcheviks prennent sans résistance tous les points essentiels jusqu’au Palais d’Hiver. Le 25 octobre, Trosky annonce la dissolution du gouvernementprovisoire, lors de l’ouverture du Congrès pan-russe des soviets comprenant des représentants, des députés ouvriers et paysans. Les quelques députés qui jugent cette prise depouvoir illégale quittent la salle. Il reste une très grande majorité de représentant des Bolcheviques. Lenine en sera le premier étonné et rappellera, « nous avons invité tout le monde à participer au gouvernement ».C’est ainsi, que les Bolchéviques se sont retrouvés au pouvoir. Ils n’étaient pas majoritaires, ils ne s’attendaient pas à gouverner seul et à devoir mettre en application leur programme économique.

Les premières actions de Lénine et Trosky vont dans le sens exact de l’attente du peuple.  Arrêt de la guerre et appel à la signature d’une paix honnête et honorable pour chacun et le fameux décret sur la terre : « la grande propriété foncière est abolie immédiatement sans aucune indemnité ». Il laisse aux soviets de paysans la liberté d’en faire ce qu’ils désirent, socialisation de la terre ou partage entre les paysans pauvres.

Lénine et Trotski ne croyaient pas à l’instauration du socialisme dans la Russie de 1917. Ils pensaient que la révolution d’octobre serait le déclencheur de révolution dans les pays qui correspondent aux critères établis par Marx et Engels, et en premier lieu à l’Allemagne.

C’est donc presque sur un malentendu que la révolution Russe a débouché sur la victoire des Bolchéviques et la mise en place du communisme.

Karl Marx a dit : « on a cru pouvoir déduire qu’il suffirait de décréter l’abolition de la propriété privée d’un trait de plume juridique et qu’ainsi la question socialiste serait résolue, pour l’essentiel ». A peut de chose prêt cela a été la démarche de Lénine et de Trotski. Puis, ils se sont aperçus de leur erreur et de la puissance des forces qui s’opposaient à eux. La suite nous la connaissons tous. La prise du pouvoir par un dictateur, Staline, une politique économique qui se veut communiste mais qui ne s’en approche que de très loin, la faillite de l’économie et la suppression des libertés. La question qui oppose encore aujourd’hui, les historiens, est de définir si Staline est une suite logique à la révolution d’Octobre ou si il en est une déviation monstrueuse.

En d’autres mots : Staline est-il l’héritier et le continuateur du Communisme ou bien est–il celui qui a trahit et détourné le socialisme de la réussite ?

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)