Idée d’investissement : Le vin

Catégorie: Stratégies et Investissements
écrit par: ronan

Lorsque l’on se construit un patrimoine il y a une règle essentielle à respecter. Vous devez avoir une stratégie de diversification.

Cette fois je vous propose un support d’investissement inhabituel mais qui prend de plus en plus d’ampleur depuis quelques années : le vin.

Le début de la période des foires aux vins est l’occasion idéale de vous pencher sur le phénomène grandissant de l’or rouge.

Le potentiel du vin

Comme le vin, ça se bonifie avec le temps.

Voilà une expression bien connue en France, patrie du vin. Ok le vin se bonifie mais de combien ?

L’exemple le plus marquant de ces dernières années reste les « Carruades de Lafite », second vin du château Lafite-Rothschild.

Le millésime 2008 vendu 45€ en primeur se revendait 3 années plus tard à plus de 200€. Soit au minimum +300% de progression.

Reste qu’il est bien difficile de prédire quels vins verra sa côte doubler ou tripler.

A priori il faut viser les 1er grands crus classés de Bordeaux où le marché est le plus développé. Les seconds vins de ces châteaux sont très prisés également.

Parmi les appellations les plus connues Margaux, Saint-Julien, Pauillac,  Saint-Estèphe, ou Sauternes. Quelques Saint-Emilion sont très intéressants. Et dans une moindre mesure le Champagne et les Bourgognes.

Niveau tarif ces bouteilles sont certes chères, minimum à 30-50€, mais comme tout investissement avant de gagner de l’argent il faut d’abord en dépenser.

Les millésimes sont également à prendre en compte.

Certaines années sont particulièrement recherchés mais peuvent sortir à des prix élevés. Ce qui peut réduire leur potentiel de progression.

A quoi doit-on cette envolée des prix ?

C’est comme toujours la combinaison de deux éléments : l’offre et la demande.

Les domaines ne sont pas extensibles et les appellations ne concernent que des zones restreintes. Les grands crus sont donc produits en quantité très limitées, parfois moins de 20 000 bouteilles.

L’émergence de nouveaux riches dans les BRICS, en particulier la Chine, fait que la demande croit constamment.

Les différentes approches

Voyons maintenant quelles sont les différentes approches possible pour investir dans le vin.

L’amateur de bon vin

Si vous êtes un fin connaisseur et savez reconnaitre un vin qui a du potentiel cette stratégie vous permettra de gagner tout en vous faisant plaisir.

Achetez 2 ou 3 bouteilles, en primeur si vous aimez le risque, et conservez les dans votre cave.

Surveillez leur côte et revendez en 1ou 2 de sorte que la plus-value obtenue couvre au moins le prix d’une bouteille.

Buvez et appréciez la/les bouteille(s) restante(s) !

Le « clé en main »

Vous pouvez aussi passer par des sociétés qui s’occupent de tout comme Patriwine ou Cavissima. De l’achat, à la revente de vos bouteilles en passant par leur conservation.

Des formules d’investissement différentes existent. Libre : vous composez vous même votre cave. Gérée : ils recherchent pour vous les vins ayant le meilleur potentiel.

Comme pour tout intermédiaire il y a des frais de stockage, d’assurance, etc.

Evidemment vous pouvez vous faire livrer vos bouteilles si vous voulez les boire !

Le patrimoniale

Dernière solution, vous pouvez investir indirectement en achetant des parts de FCP.

Par exemple la Financière Uzès propose « Uzès Grands Crus ». Cette fois le ticket d’entrée est conséquent : 30 000€ !

Ici contrairement aux autres profils vous ne verrez jamais la couleur du vin. Les sorties se font uniquement en monétaire.

Gardez en tête que le vin reste un placement risqué.

Depuis deux ans les acheteurs des BRICS, rattrapés à leur tour par la crise, ont réduit leurs achats. Les côtes se sont stabilisées et parfois sont redescendues.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)